Retour au fascicule

Le mythe de Pandore dans la poésie hésiodique

[article]

sem-link sem-linkPaul Girard
Revue des Études Grecques Année 1909 Volume 22 Numéro 98 pp. 217-230
  • Documents liés
  • Référence bibliographique

Girard Paul. Le mythe de Pandore dans la poésie hésiodique. In: Revue des Études Grecques, tome 22, fascicule 98-99,1909. pp. 217-230.

DOI : 10.3406/reg.1909.6519

www.persee.fr/doc/reg_0035-2039_1909_num_22_98_6519

  • BibTex
  • RefWorks
  • RIS (ProCite, Endnote, ...)
doc-ctrl/global/text doc-ctrl/global/text doc-ctrl/global/image doc-ctrl/global/image doc-ctrl/global/zoom-in doc-ctrl/global/zoom-in doc-ctrl/global/zoom-out doc-ctrl/global/zoom-out doc-ctrl/global/bookmark doc-ctrl/global/bookmark doc-ctrl/global/reset doc-ctrl/global/reset
doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cw doc-ctrl/page/rotate-cw
Page

LE MYTHE DE PANDORE

DANS LA POÉSIE HÉSIODIQUE

Le mythe de Pandore figure, comme on sait, dans deux des œuvres qui nous sont parvenues sous le nom d'Hésiode, la Théogonie et le poème intitulé Travaux et jours. Mon but n'est pas d'en rechercher l'origine ; je voudrais seulement en éclair- cir un trait, — qui ne se rencontre que dans le récit des Travaux, — l'épisode de la jarre ouverte par Pandore et d'où s'échappent les maux dont souffre l'humanité. Voici ce que conte le vieux poème.

Zeus, irrité contre Prométhée, qui a dérobé le feu et l'a donné aux hommes, pour se venger, leur envoie la femme. Par son ordre, Héphaistos pétrit dans la terre une forme humaine ayant les apparences d'une jeune fille; Athéné la ceint et arrange artistement les plis de sa tunique; les Grâces et la Persuasion la parent de colliers d'or ; les Saisons la couronnent des fleurs du printemps; Hermès dépose dans son cœur les germes du mensonge, de la ruse et de la dissimulation, et lui fait don de la voix, et Zeus la nomme Pandore, parce que ce sont tous les dieux de l'Olympe qui l'offrent aux mortels

(1) Lu à l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres dans la séance du 4 juin 1909.

REG, XXII, 1900, η" 98-99. 15

doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cw doc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cw doc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cw doc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cw doc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cw doc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cw doc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cw doc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cw doc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cw doc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cw doc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cw doc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cw doc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cw doc-ctrl/page/rotate-cw