Le direct
  • 21.08.17
    13:41

    Spotify, Deezer et Pandora œuvrent pour bloquer la musique des néo-nazis et des suprémacistes blancs

    Charlottesville.

    Après les réseaux sociaux, c'est au tour des plateformes de streaming musical de tâcher de faire le ménage et de bannir les artistes et les morceaux des suprémacistes blancs et des néo-nazis suite aux violences de Charlottesville. Ces hébergeurs n'ignoraient pourtant pas jusqu'à présent l'existence de ces groupes listés en 2014 par l'association de surveillance Southern Poverty Law Center, précise Mashable. Ils «avaient tendance à s'accommoder des suprématistes blancs (...), écrit Vice News, notamment au motif de la liberté d'expression». Du côté d'Apple Music, deuxième diffuseur de musique payante le plus populaire aux États-Unis, on continue d'en abriter certains. Contacté par plusieurs médias, il fait la sourde oreille.

    Revenir au direct
  • 18.08.17

    DESINTOX

    Les drapeaux nazis fleurissent-ils au fronton des maisons américaines depuis Charlottesville?

    Le titre d'un article de Mashable l'affirme. Sans guère l'étayer.

  • 23.08.17

    Sensations médiatiques (4/5)

    Tels pères tel «Vice»

    Le magazine contre-culturel canadien s’est mué en global media en se tournant vers la vidéo et le grand reportage, sacrifiant au passage son gourou viré facho.

  • 23.08.17

    Tribune

    Discours haineux, liberté d'expression : la Silicon Valley sort de sa neutralité

    Sur les réseaux sociaux, faut-il réguler les propos incitant à la haine ou préserver la liberté d’expression ? La résolution de ce débat nécessite l’implication des géants du numérique.

  • 16.08.17

    Etats-Unis

    Le racisme sur un piédestal

    Les sculptures représentant des généraux des Etats confédérés d’Amérique perturbent une part grandissante de la population et renvoient le pays à son histoire douloureuse.

  • 21.08.17

    Critique

    Downtown Boys, chaos debout

    Dans son dernier album, le groupe punk américain reste fidèle à ses colères (racisme, homophobie, capitalisme…), canalisées en studio par un ex-Fugazi.